CookBook Project Food Sketches Non classé

Ramadan chez les Tamouls musulmans [1/2]

 

 

De retour sur le blog une note un peu spéciale : en ce mois de Ramadan, je me disais que ce serait l’occasion de mettre en lumière cette période en vous racontant comment cela se passe… chez les Tamouls musulmans 🙂

L’Islam est une religion bien représentée en Inde (180 millions de musulmans dans le pays), ils sont environ 4 millions dans l’état du Tamil Nadu.
En Inde, ma famille habite près de deux villes connues pour avoir une forte communauté musulmane : Karaikal (ancien comptoir français) et Ambagarathur, qui font toutes deux partie de l’état de Pondichéry. Cet été, j’ai bien remarqué la forte présence musulmane dans ces villes (comparées à d’autres où nous avons été), et la belle cohabitation entre hindous, chrétiens et musulmans.

Mes parents et ma grand-mère ont toujours grandi avec des familles musulmanes, et le principal souvenir que ma mère a du Ramadan, c’est le plat de résistance que ses voisins musulmans venaient lui offrir les soirs – le nombu kanji.

C’est drôle, parce qu’au bureau, ma collègue Jinattoule, tamoule musulmane, en a justement rapporté pour nous en faire goûter. Belle surprise quand j’en ai apporté à ma mère un soir !

J’en ai donc profité pour poser des questions à Jinattoule sur le Ramadan, ses repas (indeed), la culture tamoule musulmane (subtilement différente de la culture tamoule hindoue), la diaspora en France…
Et Jinattoule m’a gentiment filé la recette du nombu kanji, que j’illustre plus bas après sa petite interview 🙂

Enjoy !

Jody : Jinattoule, le Ramadan, qu’est-ce que ça représente pour toi ?

Jinattoule : Pour moi le Ramadan c’est avant tout une période festive et généreuse, faite de partage et de moments en famille surtout !
C’est une période où je cuisine des choses que je ne fais pas en temps normal, par manque de temps, des plats de fête copieux, justement pour casser avec l’ordinaire – c’est une manière de donner de mon temps et de ma personne.

Jo. : Et quel est ton meilleur souvenir de Ramadan ?

J. : En France ? le fait de se retrouver en famille, tous autour de la table pour casser le jeûne. En temps normal, on ne mange pas tous en même temps, les enfants et les hommes d’abord, les femmes ensuite. Pendant le Ramadan, tout cela change et c’est le principe-même du Ramadan… c’est tellement plus convivial et chaleureux.
D’ailleurs la communauté musulmane tamoule ici organise régulièrement des repas en fin de semaine pour casser le jeûne ensemble, chacun amène un repas à partager. Ces moments peuvent rassembler entre 50 et 100 personnes de la communauté.

Jo. : Et quel est ton meilleur souvenir de Ramadan en Inde ?

J. : En Inde, dans le village où j’habite, il y avait une grand-mère qui, levée à l’aube, allait taper à toutes les portes avec un bâton pour réveiller les enfants pour qu’ils jeûnent !
Et à la fin de la journée généralement, on retrouvait aussi tout le quartier chez nous pour casser le jeûne, c’était super ! On l’a fait une fois avec tout le quartier, lorsque deux de mes amies françaises sont venues en vacances avec moi… un très bon souvenir !
Mais je préfère quand même jeûner ici en France, il fait moins chaud et… il n’y a pas de coupures de courant.

Jo. : Quels sont les plats que tu cuisines pendant une journée classique du Ramadan ?

J. : Le matin, finalement c’est un petit-déjeuner à l’occidental : café, thé, biscottes, pain beurré, bananes… on a très peu faim tôt le matin, mais on prend quand même des forces pour tenir jusqu’au soir. Quand j’étais petite, ma mère nous préparait du riz blanc au yaourt, auquel elle rajoutait du sucre et des bananes écrasées… beaucoup plus costaud !
Pour casser le jeûne le soir, on boit un peu de lait avec des dattes traditionnellement, mais moi je prépare du rose milk (lait au sirop de rose) avec de la gelée, et je prépare des “snacks” : des vadaai, des bondas (gros beignets fourrés à la pomme de terre), des badjis (beignets de légumes, un peu comme des tempuras) et des samossas aux légumes.
Mais aussi et surtout, je prépare le plat de résistance, le nombu kanji (littéralement la bouillie du jeûne). C’est l’équivalent de la soupe harira au Maroc. C’est le plat qu’on prépare tous les soirs, le plat typique de Ramadan chez les tamouls musulmans. Il est consistant, il tient au corps !
En Inde, c’est le plat que les jeunes du quartier vont récupérer à la mosquée et qu’ils distribuent à tous leurs voisins, qu’ils soient musulmans ou non. C’est un vrai plat de partage, un plat simple mais convivial.

Et voilà la recette du nombu kanji – merci Jinattoule !

Nombu Kanji
Pour 4 personnes
Temps de préparation : 30 minutes

kanji 1

 

Etape 1 :
Dans un récipient mettre le riz, les lentilles, les graines de fenugrec et les carottes coupées en morceau, ajouter 5 à 6 verres d’eau (selon la consistance souhaitée). Conserver.

kanji 2

 

Etape 2 :
Dans‎ une grande casserole, mettre l’huile, ajouter l’oignon, l’ail coupé en fines tranches, les clous de girofle, la cardamome, la cannelle et faire revenir dans l’huile, quand l’oignon et l’ail ont légèrement doré. Ajouter l’ail et le gingembre hachés. Mélanger puis ajouter les tomates coupées en morceaux.  Laisser revenir un peu, et ajouter le mélange riz/lentilles/fenugrec et carottes coupées. Ajouter un peu moins d’une cuillère et demi à café de sel.
Note : on peut éventuellement rajouter des petits morceaux de viande, en même temps que l’on rajoute l’ail et le gingembre hachés.

kanji 3

Etape 3 :
Laisser bouillir et cuire le mélange, attention à bien mélanger de temps en temps pour éviter que les ingrédients collent au fond de la casserole.
Une fois que la bouillie a bien cuit, ‎ajouter le lait de coco et laisser bouillir une ou deux minutes, éteindre le feu.
kanji 4

C’est prêt !

Enfin, une recette très simple d’accompagnement du nombu kanji – le Sambal de menthe (une pâte épaisse qui accompagne les riz, à base de plantes – les tamouls en raffolent… mon préféré est celui à la coriandre !).
Pour cela il faut :

sambal

Il suffit d’enlever les feuilles de menthe des branches et de les mixer avec la coco râpée et le piment séché, avec un peu d’eau et de sel, jusqu’à obtention d’une pâte un peu épaisse, pas trop liquide.
A conserver au frigo pendant une bonne semaine, et à servir froid.

Prochain article : l’Aid en repas chez les tamouls musulmans !

J.

Rendez-vous sur Hellocoton !

20 Comments

  1. C’est super d’avoir une vue “intérieure” du ramadan, et tes illustrations sont très sympas 🙂 Je n’y connais pas grand chose en cuisine indienne, peux-tu me dire ce qu’est le chana dal ?

  2. C’est super d’avoir une vue “intérieure” du ramadan, et tes illustrations sont très sympas 🙂 Je n’y connais pas grand chose en cuisine indienne, peux-tu me dire ce qu’est le chana dal ?

  3. Bonsoir,
    Ici au Maroc, c’est la harira qui est le plat le plus important pendant tout le ramadan, elle est un peu difficile a préparer, j’ai la chance d’avoir l’aide de Fatima, qui vient nous la préparer, cette soupe est si riche, et délicieuse, et très bonne pour la santé aussi elle contient de la viande des lentilles des poids chiche, beaucoup de persille et de coriandre, de la tomate, même des œufs, et un peu de farine, bien sure beaucoup d’épices, un vrai régal,
    le Ramadan c’est aussi la famille, l’ambiance, le changement de routine, la spiritualité, même mon frère ingénieur qui vie en canada a succombé cette année, et il est venu de si loin pour juste 10 jours, on restait réveiller jusqu’au lever du soleil, on se racontait des histoires d’enfance, il sortait le jour pour aller au souk, avec mon père et mon frère, Fatima et moi on lui préparais des shiouates, de bons tajines, des briouates salé, en viandes hachée, ou au fromage, des mini pastilla………… et pour bien digérer un bon thé, ou bien une pastèque fraiche et bien sucrée
    merci beaucoup,
    c est bientôt l aid
    aid moubarak said
    mona

      1. merci beaucoup, le Maroc est connu pour sa cuisine et on en profite en ce mois sacrée pour en préparer le maximum, surtout partager nos plats avec la famille, les gens qu’on aime, les pauvres aussi,
        bon ramadan
        et bon ftour

  4. Bonsoir,
    Ici au Maroc, c’est la harira qui est le plat le plus important pendant tout le ramadan, elle est un peu difficile a préparer, j’ai la chance d’avoir l’aide de Fatima, qui vient nous la préparer, cette soupe est si riche, et délicieuse, et très bonne pour la santé aussi elle contient de la viande des lentilles des poids chiche, beaucoup de persille et de coriandre, de la tomate, même des œufs, et un peu de farine, bien sure beaucoup d’épices, un vrai régal,
    le Ramadan c’est aussi la famille, l’ambiance, le changement de routine, la spiritualité, même mon frère ingénieur qui vie en canada a succombé cette année, et il est venu de si loin pour juste 10 jours, on restait réveiller jusqu’au lever du soleil, on se racontait des histoires d’enfance, il sortait le jour pour aller au souk, avec mon père et mon frère, Fatima et moi on lui préparais des shiouates, de bons tajines, des briouates salé, en viandes hachée, ou au fromage, des mini pastilla………… et pour bien digérer un bon thé, ou bien une pastèque fraiche et bien sucrée
    merci beaucoup,
    c est bientôt l aid
    aid moubarak said
    mona

      1. merci beaucoup, le Maroc est connu pour sa cuisine et on en profite en ce mois sacrée pour en préparer le maximum, surtout partager nos plats avec la famille, les gens qu’on aime, les pauvres aussi,
        bon ramadan
        et bon ftour

Leave a Reply